Célébration des noces d’argent de la BRVM et du DC/BR : Des atouts pour attirer les investisseurs

Admin 21 Dec 2021 Eco-Region Vue 335



18 décembre 1996 – 18 décembre 2021. 25 ans déjà que la Bourse régionale des Valeurs mobilières (BRVM) est opérationnelle. 

Les noces d’argent de la bourse de L’UEMOA ont été célébré samedi dernier à Cotonou, ville de sa naissance. Désormais, le marché financier régional a tous les atouts pour attirer les investisseurs et des ressources pour financer davantage de projets de développement au sein de l’espace communautaire.


La Bourse régionale des Valeurs mobilières (BRVM), le Dépositaire Central/Banque de Règlement (DC/BR) et les structures centrales du Marché Financier Régional de l’UEMOA, ont marqué d’un cachet spécial, les 25 années d’existence, le samedi 18 décembre 2021 à Cotonou, en présence du ministre d’Etat, Abdoulaye Bio Tchané et d’autres responsables financiers de haut niveau des pays membres de l’UEMOA. 

Comme le dit un adage, les noces 25 ans de célébration sont les noces d'argent, un symbole de richesse. L'argent étant un métal précieux et durable, qui symbolise aussi la longévité après un nombre d'années aussi admirable. 

Ainsi, le marché financier de l’UEMOA est arrivé à maturité pour capter plus d’investisseurs et des ressources pour financer les économies et les projets de développement.

 Pour donner un cachet spécial à aux manifestations de ces 25 ans d’existence, la BRVM a initié une journée de réflexions à travers un panel présidentiel sur le thème « Les défis du financement des économies africaines », animé par le ministre d'Etat chargé du développement et de la coordination de l'action gouvernementale du Bénin, Abdoulaye Bio Tchané, qui représentait le président de la République Patrice Talon, empêché. 

Au cours de son intervention, Abdoulaye Bio Tchané a rappelé le cadre historique qui a conduit à la création de la BRVM en 1996. « Après 25 ans, la BRVM est un succès total, une bourse performante.

 Elle est l’une des rares bourses au monde (...). C’est le lieu de rendre un hommage au gouverneur Charles Konan Banni, le grand visionnaire », a-t-il ajouté. Le ministre d’Etat béninois a, par ailleurs, souhaité que dans les prochaines années, avec l’aide de la bourse, la plupart des jeunes apprenants de la sous-région, sortent des écoles avec des formations professionnelles et donc prêts à l’emploi. 

Il a aussi souhaité que la bourse soit beaucoup plus ouverte et plus résiliente, et que les pays puissent compter davantage sur la BRVM, un engagement plus important du secteur privé et un engagement plus important de La communauté internationale. 

Un second panel de haut niveau avec Paul Koffi KOFFI, Commissaire chargé du Département du Développement de l'Entreprise, des Mines, de l'Energie et de l'Economie Numérique ; Serge EKUE, Président de la BOAD ; Badanam PATOKI, Président du CREPMF et Parfait KOUASSI, Président des Conseils d’Administration de la BRVM et du DC/BR et modéré par le professeur Mohamed Lamine Mbengue, Professeur Agrégé en Finance, dont le thème est : « Bilan de l’évolution du Marché Financier Régional de l’UEMOA et attentes pour un meilleur financement à long terme des économies de l’Union » s’est accentué sur les défis liés au financement et au développement des économies ouest africaines.

Des ambitions pour les dix prochaines années 

Pour les 10 prochaines années, la BRVM nourrit de grandes ambitions. Selon le Directeur général de la BRVM, Dr EDOH KOSSI AMENOUNVE, la BRVM et le DC/BR ont un rôle extrêmement important à jouer dans le financement des économies de l’UEMOA sur le long terme. Pour lui, la célébration des 25 ans, a permis de faire le bilan, le point du nombre d’émissions faites sur le marché en introduction en bourse, les emprunts obligataires ; etc. 

« Cela nous a permis de voir que notre marché a progressé. Aujourd’hui, nous avons une visibilité régionale et internationale qui est à mettre à l’actif de l’évolution que nous avons connue », a-t-il indiqué, en rappelant les défis importants qu’il faut relever. Il s’agit « d’attirer de nouvelles sociétés à la côte. 

C’est un défi commun à toutes les bourses. Pour nous, il faut que nous puissions voir dans quelle mesure nous allons voir dans les prochaines années beaucoup de sociétés à la côte de la BRVM à travers les privatisations, les admissions volontaires, les sorties de fonds, etc. 

L’autre défi, c’est améliorer la liquidité du marché, améliorer sa profondeur de manière à ce que tout émetteur, tout investisseur puisse accéder au marché comme il le souhaite, enter et sortir quand il veut.  

Donc, c’est un défi extrêmement important pour nous. Le troisième défi c’est faire en sorte que la digitalisation des produits et des services soit bien perçue et intégrée au niveau de la bourse et du dépositaire de manière à pouvoir aller chercher des agents déjà digitalisés et les embarquer dans les activités de marché pour qu’ils puissent effectivement mettre leur épargne à la disposition des entreprises et des Etats pour pouvoir faire les investissements. 


Nous avons eu des échanges très riches avec les présidents des institutions qui sont venus nous accompagner dans les réflexions que nous sommes en train de mener » a indiqué, Dr EDOH KOSSI AMENOUNVE, Directeur général de la BRVM. 

Il est à rappeler qu’après les panels de discussions, des acteurs clés qui ont œuvré au développement du marché boursier ont été distingués. Ainsi, le Prix du précurseur institutionnel a été décerné à la Banque ouest africaine de développement (BOAD). Une reconnaissance des actions menées pour mettre en place des mécanismes innovants de financement des projets.








Article similaire que vous pourriez aimer